mardi 25 février 2014

Mafia Tunisie

Marché public truqué



marché public truqué


Ce dont il est question ici c'est de comprendre comment fausser un appel d’offres en respectant en apparence du moins les procédures formelles de passation des marchés publics. Truqué des marchés publics en Tunisie est devenu encore plus facile qu'avant. C'est encore la preuve qu'en matière de trucage de marché public, le chemin est encore long pour une économie de marché débarrassé de la corruption.


Un appel d’offres pour l’octroi des concessions d’exploitation des duty free shops de 5 aéroports internationaux tunisiens a été émis par l'OACA et qui a été taillé sur mesure pour les mafieux et autres affairistes qui continue a freiné l'ouverture de la libre concurrence et tout cela avec la complicité de l'administration publique.

C'est un secteur d'activité qui pèze 250 millions d'euros par an et ce secteur d'activité est contrôlé par c'est même entrepreneur mafiosi qui occupe le terrain depuis l'époque du dictatateur Ben ail jusque nos jours et qui ne sont pas près au jeu de la concurrence saine. Ces mafias de l'époque du dictateur Ben ail n’ont jamais dit leur dernier mot dans toutes les affaires d'argent et avec la complicité de leurs hommes de main dans les ministères, ce se sont créé un marché public sur mesure. Jugé en par vous même, pour concourir et espéré possédé une exploitation de boutique duty free shop, il faut remplir des conditions suivantes :


1. L'appel d’offres est ouvert aux personnes morales ayant au moins 10 ans d’expérience en matière d’exploitation des Duty-Free Shop. Résultat, le commun des mortels ou n’importe quelle entreprise, artisan, est exclus d'office. Il ne reste que ceux qui occupent le marché depuis des dizaines d'années ...

2. Il faut possédé deux contrats en vigueur le jour de lancement de l’appel d’offres dont un, dans un aéroport ayant enregistré durant les trois dernières années ( 2011-2012-2013 ) un trafic moyen d'au moins de 5 millions par an. Résultat, ça laisse très peu de marge de manoeuvre pour les petits exploitants qui se situe dans les petits aéroports régionaux et pour les sérieux candidats qui veulent se lancer sur le marché ...

3. Les acquéreurs doivent avant le 7 mars 2014 soumettre leurs demandes de pré-qualification avec des références et expériences professionnelles du candidat :
- présence dans les aéroports tunisiens, la capacité des aéroports où il opère
- la surface commerciale exploitée en zones sous-douane
- l’ancienneté dans la gestion des Duty-Free
- sa solidité financière et ses performances (chiffre d’affaires relatif à l’activité vente sous-douane, rentabilité du candidat au cours des deux dernières années (2011 et 2012) et endettement).

Résultat: Toute cette foule de renseignements ne sera jamais contrôlée par les fonctionnaires de l'OACA et l'administration publics, pour la simple raison qu'ils sont incapables et que même un singe en Tunisie peut ouvrir une chaine de télévision en Tunisie sans un business plan comme cela c'est vu par le passé avec la chaine Zitouna TV. Le but final est de créer un programme de condition pour écarter les futurs entrepreneurs du marché du Duty free shop.


Bien que le pays se soit libéré du joug du dictateur Ben ali, sont ancien et premier spécialiste DUTY FREE SHOP HAMILA  en Tunisie à denouveau remporté l'appel d'offres. Il n'en reste pas moins que pour comprendre les choses il faut se posé la question : Comment des entreprises de duty free shop liées aux parains de la mafia et des proches de la famille du dictateur Ben ali ont-elles pu prospérer grâce aux marchés publics avant et âpres ? Il n'y a pas forcément besoin de corruption pure et dure : le tout est de savoir placer ses pions dans l'administration, en se créant au fil des années un réseau d’affidés placés à des postes stratégiques au sein de l'OACA ....




marché public truqué Tunisie
La préparation de l'appel d'offres est très importante. Dans ce cas, les entreprises que l'on veut favoriser est informée en amont de la procédure pour bien préparer sa proposition avec des conditions qui exclue de facto les challenger.


Dernier trucage d'appel d'offre


Le besoin et la demande d’introduire un  réseau de téléphonie de 4ème génération (4G) existent vraisemblablement chez une partie des consommateurs. Reste à étudier scientifiquement ce besoin pour le consommateur et les operateurs, l’Instance nationale des télécommunications (INT) vient de lancer une consultation sur la réalisation d’une enquête sur terrain sur l’opportunité d’introduire la 4G en Tunisie. La consultation est adressée aux bureaux d’études spécialisés tunisiens ou étrangers, ou aux groupements ayant des références solides dans la réalisation de missions similaires.

Il y a cependant un hic, car la consultation a été ouverte mardi dernier (14 avril 2015) et les offres doivent être déposées jeudi prochain (23 avril).  N’y a-t-il pas une volonté de favoriser une partie ou s’agit-il d’un écran de fumée pour officialiser un candidat déjà sélectionné ? ».

On notera que l’INT a précédemment publié un appel d’offres pour étudier l’opportunité d’introduire la 4G en Tunisie. Cette étude d’opportunité a été lancée le 8 avril avec pour limite le 27 avril. Une consultation publique a, par ailleurs, été lancée sur le même sujet de la 4G entre le 18 mars et le 3 avril avant qu’elle ne soit prorogée au 15 avril.
Des observateurs avisés s’interrogent sur les courts délais de ces consultations et le manque de médiatisation autour. Ils s’interrogent également pourquoi c’est l’INT qui s’en charge puisque l’instance est un régulateur et non un législateur. Théoriquement, et vu qu’il y a une licence 4G à la clé, c’est au ministère de tutelle de lancer ce type de consultations, puis de lancer l’appel d’offres lié aux licences.
Si l’introduction de la 4G n’est qu’une bonne chose pour la Tunisie, il est bon que cette introduction se fasse en toute clareté et dans les règles de l’art et dans des délais logiques. Mais au final, si une société est laissé, elle pourra attaqué le marché dans les tribunaux pour non conformité de l'appel d'offre.