samedi 28 janvier 2012

Contrefaçon en Tunisie: importations de chaussures chinoise


La Tunisie peut-elle arrêter l'importation des chaussures et de Contrefaçon chinoises?  
 
Selon le ministère de l’Industrie et du Commerce : les importateurs tunisiens ont passé des commandes pour 32 millions de dinars (16 millions d’euro).
 
Suite aux grèves et aux manifestations des artisans la semaine dernière (janvier 2012) au siège du gouvernorat de Sfax, les manifestant ont demander au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour préserver leurs emplois mais aussi la production nationale des chaussures menacés par les importations en provenance notamment de la Chine.
 
Mardi 24 janvier 2012 une réunion s'est donc tenue au sein du ministère de l’Industrie et du Commerce regroupant les représentants des artisans de chaussures de Sfax. La reunion entre les parties a permis de geler les importations de ce produit pour 2 semaines. La reunion a permis aussi la création d'une commission qui regroupe les services des douanes, de la CNSS, de la direction de la fiscalité pour évaluer les montants des importateurs aux différents services de l'Etat.
 
Les petits artisans tunisiens ont propose aux ministre de prêter main forte aux services du ministère pour réaliser une enquête sur terrain afin d'évaluer la part des chaussures importées sur le marché.
 
Une autre réunion a eu lieu dans l’après midi de mardi 24 janvier en présence de hautes personnalités de l'Etat. Il a été décidé de prolonger la durée de l'arrêt des importations de deux semaines à 6 mois. Une décision saluée comme il se doit par les fabricants de chaussures dans la région de Sfax.




Est si nous nous inspirions de nos amis belges ? 

En Belgique, deux initiatives intéressantes contribuent à faciliter la lutte contre les délits économiques :

  • la Direction générale "Contrôle et Médiation" SPF Economie et PME
  • le site de plainte en ligne auprès de la DGPME.

Ces deux outils permettent aux consommateurs et aux entreprises considérant être victime de contrefaçon ou de faux de saisir les pouvoirs publiques, d'une manière simple, rapide et gratuite.
Ils s'appuient sur la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur (MB 12/04/2010) qui vise à garantir la loyauté de la concurrence dans les relations commerciales et, d'autre part, à assurer la protection du consommateur. La possibilité d’intenter une action en cessation permettrai aux autorité d’intervenir rapidement pour faire cesser une pratique interdite.

Conclusion:
 
Achetée à deux dollars en Chine une paire de chaussures est vendue entre 25 et 55 dinars sur le marché tunisien +- 25 euro. Si c'est société sont connue du ministre pourquoi les laissé continué a passé commande ? Les services du ministère veulent faire croire qu’elle va recouvré les taxes auprès des importateurs de chaussure chinoise. Pour commencé faudrait déjà qu’il y ait pas de corrompus et de corrupteur dans leurs propres service.
 
Bien sur gélé 2 semaines a 6 mois n’auras aucune incidence sur le business du faux puisque personne n’empeche les importations aux ports de Tunis et les commandes passé dans le futur n'auront aucune incidence sur le présent. Aucune stratégie na été élabore a long terme pour mettre fin aux business du faux.  Cet mesure permet juste de calmé les petits artisans et n’est que poudre aux yeux pour les médias qui ne voie que du feu …
Une question demeure cependant: à quand l'application des décisions?