samedi 21 janvier 2012

Lobbying: M. Fadhel Abdelkefi, President de Bourse des valeurs mobilières de Tunis

Cette semaine le président du conseil de BVMT (Bourse des valeurs mobilières de Tunis) fait du lobbying dans les médias tunisien et auprès du gouvernement pour le forcé a vendre les entreprises de la famille du dictateur Ben ali, ce qui a coup sur fera grossir sont portefeuille et son compte en banque en 2012! 
Pour les journalistes qui l'ignore je vous rappelle que Mohamed Fadhel Abdelkefi est aussi directeur et actionnaire de Tunisie Valeurs qui est le leader des sociétés de bourse en Tunisie.

Monsieur Fadhel Abdelkefi, président de la BVMT

A ce titre d’après M.Fadhel aucune forme de contrôle et de audit ne doit être prise pour connaitre l’état des entreprises et Monsieur Fadhel Abdelkefi presse le gouvernement d'Ennahda d'agir au plus vite!  En clair: vendre maintenant et tout de suite avant que je quitte mon poste avec un jolie chèque sur mon compte en banque puisque celui-ci a un contrat a durée déterminé au sein de BVMT !

La réunion a été organisé dans un hôtel du Lac a Tunis. Toujours dans cet réunion M. Fadhekl évalue un bénéfice de 2 milliards d'euro, soit 4 milliards de dinars pour l’état tunisien. BVMT assure que cet argent peut créer un développement dans les régions pauvre en matière d'infrastructure et d'emploi. Comment ? Mystère il n'en a rien dit !


Assis a coté de lui, M. Fadhel était accompagné de Monsieur Abderrazak Zouari, président du Conseil d’administration de la Banque  et administrateur de UBCI-BNP Paribas. Celui ci a souligné que aujourd'hui le pays a besoin d'une véritable stratégie de développement regional sur laquelle il y aurais une convergence des régions. Cette stratégie doit etre discuté et fera l'objet d'un consensus. D’après lui le développement régional doit être fait au niveau local et non gouvernemental.   

Assis a coté de lui, Monsieur Fadhel a fait appel a un universitaire.  
Selon M. Taoufik Rajhi le gouvernement doit répartir le budget de développement régional entre les régions selon des clés d'allocations. Ces clés doivent répondre aux principes d'efficacité, d'équité, de justesse, de transparence et de simplicité.

Assis a coté de lui aussi, M. Fadhel a fait appel aux services de M. Salah Hannachi, président de l'association Atlas (association tunisienne pour le leadership, l'auto développement et la solidarité),  qui a évoqué le problème de l'administration tunisienne qui selon lui est une administration coloniale faite pour contrôler les citoyens et non pas pour les servir.

Déclaration dans les medias

D'autre réunion ont eu lieu cet semaine en Tunisie  et ont commence par celle-ci ou il a fait une déclaration a la presse en affirmant: « C’est seulement lorsque le nombre des entreprises cotées atteindra plus de 250 (contre 57 actuellement) que la Bourse de Tunis pourrait participer de manière significative au PIB ».  C'est sur que le PIB fera grossir les comptes en banques de BVMT et de la banque UBCI- BNP Paribas.

Dans une interview accordée le lundi 16 janvier sur Express FM, M. Abdelkefi a précisé que la Bourse de Tunis est en mesure de vendre de grosses entreprises pour peu qu’il y ait une volonté politique. Il a déploré que les plus importantes entreprise qui contribuent au PIB ne soient pas représentés jusqu’ici à la Bourse de Tunis.

Conclusion 

Le but tout cela est bien sur de montré qu'il faut privatisé et mettre en bourse les entreprises de la famille du dictateur Ben ali le plus rapidement possible. Dénigré le gouvernement d'Ennahda et l'administration pour que les médias et le public pense que la BVMT agit de manière correcte et que la BVMT est géré convenablement avec des gens compétent qui savent de quoi il parle.
Tout dans le costumes et rien dans le cerveau c'est comme ça que cela marche en Tunisie. Vous avez maintenant l'exemple d'une mauvaise stratégie en matière de lobbying.
A noté que Abderrazak Zouari M. Zouari est actuellement membre du Conseil d’administration de la Banque Centrale de Tunisie qui est un organisme d’état qui veille sur la politique monétaire du  pays ... Comme quoi le parti RCD du dictateur Ben ali  a encore de l'avenir en Tunisie.